Vidéo surveillance : Les conditions de validité d’un enregistrement devant la justice

Vendredi 7 février 2020

Chambre sociale de la Cour de cassation, 11 décembre 2019 n° 17-24.179 FS-D

 

1. PRINCIPE

Pour qu’un enregistrement d’un système de vidéosurveillance ayant pour finalité de surveiller l’activité des salariés puisse être produit en justice, il faut:

  • Une information préalable et individuelle de chacun des salariés,
  • Une consultation préalable des institutions représentatives du personnel.

Cette obligation d’information préalable doit être respectée par l’employeur alors même que le salarié accomplirait son travail dans les locaux d’une autre entreprise.

A défaut, ce moyen de preuve est irrecevable, c’est-à-dire que le juge ne peut la prendre en considération pour prouver la faute du salarié.

Au contraire, dès lors que le dispositif de vidéosurveillance n’a pas pour finalité de surveiller l’activité des salariés (destiné à la sécurité), un employeur peut produire en justice un enregistrement de vidéo surveillance pour prouver une faute d’un salarié même en l’absence de consultation du CSE et d’information des salariés.

 

2. LES APPORTS DE LA JURISPRUDENCE du 11/12/19

L’employeur verse ici au débat des enregistrements vidéos d’une caméra installée dans des locaux auxquels les salariés n’ont pas accès pour effectuer leur travail.

En l’occurrence, un agent de surveillance est accusé de tentative de vol par un client dont il était chargé de surveiller les locaux. Ces faits ont été détectés sur les enregistrements des caméras installées dans le sous-sol de l’entreprise cliente, sur lesquels on le voit fracturer un placard.

La cour d’appel s’est fondée sur l’absence d’information du salarié quant à l’existence de ces caméras pour écarter la recevabilité comme moyen de preuve de ces enregistrements.

 

La décision des juges du fond est censurée par la Cour de cassation qui admet la recevabilité des enregistrements comme moyen de preuve de la faute du salarié lorsque le dispositif de surveillance des locaux n’a pas pour finalité de contrôler le salarié dans l’exercice de ses fonctions.

BLA-CLA
/ N°
20006

En bref

Un dispositif de surveillance destiné à la sécurité peut être un moyen de preuve recevable de la faute du salarié même si le salarié n’a pas été informé préalablement du dispositif. C’est le sens de l’arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du du 11 décembre 2019 n° 17-24.179 FS-D, Sté Fiducial Private Security c/ G.

Partager sur vos réseaux

Expertise et stratégie en droit social

Un avocat chez vous, partout en France !

Bayonne

2 chemin de la Marouette Bâtiment Haristeguy
Bayonne 64100

Bordeaux

64 Cours Georges Clémenceau
Bordeaux 33000

Grenoble

2 square Roger Genin
Grenoble 38000

Montpellier

120 Rue de Thor Le Blue d'Oc
Montpellier 34000

Paris

38 Avenue de la Grande Armée
Paris 75017